lundi 29 avril 2013

Dans les cales du monde social : Acte Unique et sans terme


Du self pas cher au bonnet rémunérateur ou l'intégration juvénile en lambeaux

Il s'agit ici d'examiner comment certains conseillers d'un "Espace-jeunes", et parmi eux spécifiquement plutôt les jeunes de sexe masculin, recourent à des techniques spécifiques lors des entretiens, visant, par des retournements successifs, à faire accepter aux jeunes, des stages ou des formations parfois très éloignées de ce que ceux-ci sont venus chercher. Ces conseillers tentent souvent de les faire entrer dans des dispositifs dont, la plupart du temps, les jeunes ignorent tout. Il faut dire que la compréhension de ces dispositifs nécessite, ne serait-ce que pour les conseillers, la maîtrise d'un vocabulaire technique en perpétuelle mutation, qui par ailleurs est systématiquement évoqué par ces derniers comme un coût d'entrée particulièrement élevé dans le métier. Ce vocabulaire spécifique opère, dans le même temps, une mise à distance des jeunes vis à vis du dispositif et entraîne une forte remise d'eux-mêmes aux conseillers. En effet, lors de l'entretien, l'utilisation de ce vocabulaire par le professionnel tend à créer la confusion dans l'esprit du jeune, qui rapidement perd pied. Alors que le jeune semble profondément désarmé, le conseiller le rassure généralement dans un second temps, en laissant par exemple entendre que le dispositif qu'il lui présente ne recouvre en réalité que deux choses simples, répondant à coups sûr à sa situation : la possibilité de faire des stages et la potentielle attribution d'une allocation.

Telle la situation que nous avons observée lors de l'entretien d'accueil de Damien, 22 ans. Après un bac STG, ce dernier échoue en première année de son BTS informatique. Il s'inscrit alors en fac d'histoire, qu'il délaisse rapidement pour faire quelques petits boulots. Intéressé par une formation en informatique, il se rend directement à l'AFPA, qui lui recommande de s'inscrire à l'"Espace-jeunes", avant de pouvoir prétendre à l'une de ses formations. Il y est reçu par Stéphane. Ce dernier parle vite, d'une voix forte et fait d'amples mouvements avec ses bras. En présentant d'emblée les missions et l'activité de l'institution, il signifie au jeune homme qu'il n'est qu'un « client » parmi les autres. Le conseiller repère les difficultés qu'a éprouvé Damien lors de son passage à la fac d'histoire, et joue de sa propre connaissance de l'environnement universitaire pour montrer sa proximité avec le jeune homme et, ainsi, lui confirmer qu'il a fait le bon choix en se tournant vers l'AFPA :

Stéphane : et effectivement la comparaison est juste... en fait, tu es passé de « je suis en cours » (en BTS informatique) à «je suis en vacances » (en fac d'histoire)(sourire) (…) Faut que la formation soit carrée. Alors, ce sera le cas avec l'AFPA,


Une fois cette proximité établie, le conseiller, face à la volonté affichée par le jeune de s'orienter vers l'informatique, infléchit alors le choix du jeune homme 


en disqualifiant d'emblée le pôle créatif des métiers de l'informatique. Il fait alors intervenir « l'argument de réalité » en insistant sur les « besoins des entreprises en terme de maintenance », et légitime son argument en recourant aux chiffres « communiqués par la chambre de commerce ». Ce faisant, il se donne à voir au jeune comme un expert des marchés du travail et de la formation, en prise directe avec les agents économiques locaux. Après avoir réduit le champ des possibles des formations ouvertes au jeune homme, le conseiller opère alors un coup de force symbolique en répétant à deux reprises, sans laisser au jeune le temps s'exprimer : « c'est un bon choix ». En obtenant l'acquiescement hésitant du jeune homme, le conseiller renforce ainsi la « fiction de l'accord mutuel » (S. Beaud). Un renversement s'opère encore lorsque le conseiller sous entend que Damien est à l'initiative du choix :
Stéphane : (le coupe) C'est la maintenance PC, serveurs... adminsitrateur réseau, ce genre de choses, quoi ?

Damien : Oui, voilà, oui.

Stéphane : Oui, OK, c'est bien ce que je pensais (sourire)... je voulais que tu me précises.


Puis, le conseiller évoque les changements récents qui affectent l'AFPA, sous-entendant par là qu'il en connaît parfaitement l'histoire, renforçant encore ainsi son image de professionnel de l'emploi. Il présente au jeune le fonctionnement des formations proposées, qui lui sont « parfaitement adaptées », puisque faites sur le modèle de l'alternance systématique et lui donnant un niveau « bac plus deux ». Dès lors, Damien, venu chercher une formation post-bac diplômante, n'émet plus que des signes d'acquiescement satisfaits, voire parfois des rires quand le professionnel plaisante du contraste entre ces formations et la faculté. Le professionnel joue alors sur du velours et déroule son argumentaire en assurant qu'obtenir un titre AFPA, c'est pour le jeune homme la garantie de se trouver immédiatement employé à la sortie de sa formation. Pourtant, lorsqu'il consulte avec le jeune le site internet de l'AFPA, il constate que les informations évoquées précédemment sont pour la plupart erronées: la formation ne confère au jeune qu'un équivalent bac, diplôme qu'il possède déjà, et ne se déroule pas sur le modèle de l'alternance. Face à ce qui pourrait être une déconvenue, le jeune n'émet toutefois pas d'objections face à un conseiller qui ne paraît d'ailleurs nullement décontenancé. Alors qu'il lui avait laissé entrevoir la possibilité d'une formation lui permettant d'accéder à un niveau « bac plus deux » qui ne se révèle être en réalité qu'un équivalent bac, le conseiller affirme alors que, au moins, avec ce qu'il propose, on « accède direct à un métier, ce que ne permet pas forcément le BTS ».

Le conseiller poursuit alors son argumentaire en évoquant les prestations offertes par l'AFPA, où Damien sera « nourri et logé, avec un self pas cher , en plus d'être rémunéré », avant d'afficher soudain un air préoccupé : le baccalauréat et les stages réalisés par le jeune commencent, selon lui, à être anciens :
Stéphane : … l'idéal, c'est de faire un petit stage (…) Nous, c'est des conventions qui sont gratuites pour l'employeur, c'est, honnêtement, pas vraiment difficile d'en trouver un (sourire) (…) On va se revoir très vite (…) Il faut intégrer un dispositif, qu'on appelle nous, le CIVIS (Contrat d'Insertion à la Vie Sociale)... pour bénéficier du stage.


Finalement, le jeune homme, arrivé pour décrocher une formation diplômante à « bac plus deux », repart de l'entretien avec la possibilité de faire un stage non rémunéré. La formation promise au début de l'entretien est remise à un futur hypothétique. En partant, le jeune remercie le conseiller et semble satisfait. Nous voyons comment le conseiller, en opérant des resserrements successifs et des renversements, emporte l'adhésion du jeune. 
 
Cette adhésion est également recherchée par les conseillers quand ils sont confrontés à un membre de la famille du jeune l'accompagnant, et venant demander des « comptes » à l'institution. Il s'agit en général de questions relatives à la mise en emploi du jeune, qui se fait, selon la famille, trop attendre. Face à cette situation, le conseiller tente alors d'asseoir sa légitimité et celle de l'institution en recourant aux techniques évoquées précédemment. Nous avons observé cette situation dans le cas de Nassim, arrivé récemment d'Algérie, et que le conseiller a longuement aidé à obtenir les papiers justifiant de l'équivalence de son permis de conduire en France, le jeune homme voulant s'inscrire à une formation de conducteur de bus. Ce dernier, qui se dit également intéressé par des stages en plomberie, est venu accompagné de son oncle, bénéficiaire du RSA, et chez lequel il vit. L'oncle de Nassim se demande visiblement ce que son neveu fait à la mission locale, puisque l'institution ne le met pas au travail. Il voudrait savoir où « en sont le stage et la formation ». D'un ton légèrement condescendant, le conseiller, Léon, explique patiemment, en modulant sa voix et en occupant de son imposante carrure sa partie du « guichet », qu'il a fallu établir des priorités, et qu'en raison de la crise, il est en ce moment difficile de trouver des stages en plomberie. Il précise qu'en aucun cas Nassim n'est inactif :
Léon : Monsieur N. (Nassim), il passe pas son temps à rien faire. Et pour les deux projets, que ce soit pour plombier ou pour conducteur de bus, il fallait le permis (un temps) (…) Il vient à tous mes rendez-vous (…) Le regret que j'ai moi (marque un temps, en posant sa main sur sa poitrine), c'est que je voudrais lui proposer des choses... Parce qu'il y a une crise (évoque l'impossibilité de réaliser des stages en plomberie).
À l'évocation par le conseiller de la prise en charge financière de la formation au permis de conducteur de bus, l'oncle se radoucit. Le conseiller renchérit sur les « capacités et la motivation » de Nassim, si bien que l'oncle du jeune homme, qui se tenait jusque là sur le bord de sa chaise, les bras croisés, se repousse en arrière et sourit à son neveu. Le conseiller évoque alors le contrat CIVIS (Contrat d'Insertion à la Vie Sociale), pour l'établissement duquel le jeune homme a amené les papiers nécessaires, ce dont le conseiller le félicite. S'adressant alors à l'oncle, le conseiller dresse une présentation orientée du contrat en insistant sur le coup de pouce financier rendu possible par l'allocation ponctuelle qu'il percevrait ou les conventions dont il bénéficierait et qui lui permettraient de faire des stages. Le jeune ignore toutefois la raison pour laquelle il devait amener ces papiers. Il ne se souvient plus de ce qu'est un contrat CIVIS. Devant son air incrédule, le conseiller lui dit alors « Mais si, vous vous souvenez, c'est le fascicule où il y a un jeune avec un bonnet ». Le jeune hoche alors vaguement la tête, et tend ses papiers, soigneusement rangés dans une pochette plastifiée. Satisfait, le conseiller réassure une nouvelle fois l'oncle quant au sérieux de son neveu, sérieux qui est bien la condition de possibilité de l'octroi de l'allocation :

Léon : Donc oui, je lui dirai OK. Si Monsieur N. (Nassim) ne venait pas à mes rendez-vous... ou bien si ce qu'on mettait en place, et ben il le faisait pas... ben ce serait : « non, Monsieur N (Nassim)., pas d'allocation CIVIS, parce que vous me prenez pour un jambon » (les deux rient) (...) Mais concernant Monsieur N. (Nassim), voilà, c'est ce qui se passerait (...) j'entends que ça vous intéresse.


Par ce « j'entends que ça vous intéresse », le conseiller entérine unilatéralement l'accord à propos d'un contrat CIVIS dont le jeune paraît tout ignorer.
Le conseiller étant parvenu à complètement lever les résistances et les doutes de l'oncle de Nassim, il propose d'un air jovial et d'une voix forte de « faire le CV », exercice qu'il manie avec dextérité. Les deux hommes lui témoignent alors une complète remise d'eux-mêmes. Le conseiller peut alors, en alliant l'air du professionnel dévoué et l'humour bonhomme, donner à voir au jeune homme que son expérience professionnelle peut se convertir en mots, et ainsi en dégager des savoir-faire et des compétences qui ne pourront, aux yeux de l'oncle, que maximiser les chances de son neveu d'intégrer la formation de conducteur de bus. En partant, l'oncle et le neveu serreront longuement la main du conseiller en le remerciant chaudement.
Nous voyons à travers le récit de ses deux interactions, comment les conseillers, non seulement peuvent ne pas répondre à la demande initiale énoncée par les jeunes ou leur famille, mais faire comme si ils y répondaient. Mieux, en opérant d'imperceptibles changements de perspectives successifs, ils concourent à tant reformuler la question qui leur est posée qu'ils lui en substituent finalement une autre, et finissent par répondre à leur intérêt professionnel. Cette nécessité, qui au fond, est pour eux de d'abord faire entrer les jeunes dans des dispositifs dont ils maîtrisent les règles, puis de les y maintenir. En cela, les conseillers, plus ou moins consciemment, diffèrent, pour un temps dont on ne saurait dire quel est le terme, les aspirations professionnelles de leur public. Dans ce « contrat sous contrainte », pour reprendre les termes de P. Bourdieu, « le vendeur doit, en bonne stratégie, imposer la nécessité en évitant de la faire sentir trop brutalement, donc en mettant des formes. De là l'importance du temps qu'il prend pour mener à bien la négociation et qui est nécessaire pour permettre au client de combler peu à peu l'écart entre ses espérances et ses possibilités »1.

1 Bourdieu P., « Un contrat sous contrainte », Actes de la recherche en science sociale, vol. 81-82, 1990

3 commentaires:

  1. Ca me rappel exactement une paire d'entretiens que j'ai eu. J'y allais en pensant pouvoir trouver des adresses d'entreprises ou postuler, mais on me proposait de refaire un cv fruit d'un travail préalable avec le conseiller d'un autre établissement ("oui mais faut quand même le reprendre. on a jamais fini de faire un cv... " dans ce cas là, je m'y met quand moi à postuler? )
    Puis de faire 1/2 journée de stage pour prendre les transports en communs alors que je sortais de 2 ans d'études dans un établissement parisien...

    J'étais pas dans la détresse, j'en rigolais, mais il m'avais fallut pas mal de confiances en moi pour ne pas me laisser bouffer trop de temps et d'énergie pour des stages et des formations qui prenaient, forcément, du temps sur celui que je comptais consacrer à des entretiens d'embauches pour lesquels il faut toujours être hyper disponible

    RépondreSupprimer
  2. Extrêmement intéressant, tant par la qualité avec laquelle vous décrivez les interactions, que par votre conclusion, nous amenant à penser comment "en opérant d'imperceptibles changements de perspectives successifs, [les conseillers] concourent à tant reformuler la question qui leur est posée qu'ils lui en substituent finalement une autre, et finissent par répondre à leur intérêt professionnel"(plutôt qu'à celui des jeunes) qu'ils ont en face d'eux...

    RépondreSupprimer
  3. Excellente manipulation. Du vrai boulot de professionnel de la vente ! Mais là on ne vend même pas du vent, juste du rien... Quelle maestria !

    Qu'il cesse de pourrir la vie de gens en galère. Une carrière de politicien s'ouvre devant lui. Où il pourra pourrir la vie d'un bien plus grand nombre de personnes.

    RépondreSupprimer